Le bruissement du monde

« Le silence que j’aime n’est pas l’absence de bruits, c’est une disposition de l’esprit à entendre le bruissement du monde et les mouvements de mon monde intérieur » Cristina Noacco, La force du silence, petites notes sur le bruissement du monde, Transboréal, coll. Petite philosophie du voyage, 2017, p 11  

Bain de bois

Se promener dans un parc ou en forêt, trouver un endroit calme et m’allonger sur le dos quand je suis fatigué : voilà les grands plaisirs que je m’accorde. Regarder les arbres qui se dressent au-dessus de moi et me détendre. Au Japon, on a donné en 1982 un nom à cette pratique : shinrin-yoku….

Le lac d’Ourrec

Après le plateau d’Herraou, le chemin s’est soudain élevé pour gagner la forêt. Encore carrossable un instant, il s’est vite transformé en sente tournoyant autour des racines de hêtres, franchissant quelques filets d’eau, se faufilant jusqu’à disparaître dans les tapis de rhododendrons. Et puis une porte invisible s’est ouverte en haut de la cascade du…

Lieu-d’une-vie

« Il n’est pas possible […] de séparer la topographie et le sentiment dont elle serait le théâtre : le lieu est précisément leur unité, il est l’entité constituée, dans le cours d’une existence, par l’endroit et l’émotion. Ce qu’on appelle lieu n’est pas autre chose que le-lieu-d’une-vie, le lieu vécu. Une approche du lieu qui…

Besoin d’île

« Le besoin d’île témoigne de cette volonté de projeter sur des lieux particuliers des aspirations existentielles, ici celle de la fuite du quotidien, lorsque celui-ci est perçu comme une prison, une entrave au rêve de liberté […] Sachant qu’une « île » peut être un village, une forêt, une rue, le sommet d’une montagne, un…