Friches rebelles

« Désormais j’entre dans les gares par effraction, par l’arrière, du côté des grelots des passages à niveau, du côté des friches rebelles, des voies déposées, des wagons à l’abandon, sombrant dans les herbes folles et les souvenirs qui s’éteignent » Michel Baglin, Un présent qui s’absente, éditions Bruno Doucey, 2013, p 43

Roumazières-Loubert

La cour ressemble à un décor des années 1970, mais un décor dont on aurait retiré les acteurs. Le parking est vide, si ce n’est une voiture occupée par deux jeunes qui s’embrassent à l’abri des regards. La gare, espace autrefois animé et traversé par des flux, n’est plus qu’un recoin où l’on vient se…

Villanúa

A la sortie du bourg, la route s’élève très vite puis s’arrête soudain après un virage en épingle. Des habitués posent leur véhicule ici pour accéder au torrent qui se faufile entre les piles du pont métallique du chemin de fer. Pas de gare en vue pourtant. Il faut poursuivre à pied le chemin caillouteux…