La mort voisine

Je pense chaque jour à la mort voisine. Ce n’est pas une pensée du futur, c’est une pensée du présent. C’est la pensée la moins morbide qui soit. Cette proximité de vivre avec l’ombre portée de mourir, je peux la résumer en un mot : rire. La vie me bouleverse comme un papier de soie si... Lire la Suite →

Éloigné du vacarme

"Être seul, éloigné du vacarme. N’avoir plus à vérifier chaque jour sa côte sociale, à calculer ses amis, à doser ses ennemis, à flatter ses protecteurs, à sans cesse mesurer son importance aux yeux d’imbéciles et de fats, à prendre des revanches sur des regards, à se venger des mots. Se retrouver ailleurs, bien loin... Lire la Suite →

Un court instant à passer

On a dépassé depuis longtemps les derniers hameaux, quelques maisons aux toits d’ardoise enfouies dans les sapinières puis les derniers sapins. On s’avance à travers la bruyère et l’ajonc. Il ne s’est jamais rien passé ici. Rien ne se passera jamais. Le ciel est d’un bleu cru, acide. On peut caresser le rude pelage de... Lire la Suite →

Délivrance d’être soi

"Le temps qui passe ne retient rien, absence pure, délivrance de l’effort d’être soi. L’individu abolit la durée, certes de manière provisoire, mais il est hors de son histoire personnelle, et le monde autour de lui cesse de lui demander des comptes, il arrête le temps en lui tournant le dos et fige ainsi les... Lire la Suite →

Sur la crête

"La dépression, dans sa forme maladive, est une mise en retrait pour s’économiser et se protéger des choses de la vie, que l’on arrive plus à affronter. Sa seule vertu, dans un premier temps, est donc qu’elle puisse avoir un effet antalgique, en nous libérant de la douleur de devoir faire face. C’est alors qu’on... Lire la Suite →

États mélancoliques

"Si la mélancolie est un état de rêverie diffuse qui n’aboutit jamais à une profondeur ni à une concentration intenses, la tristesse présente, au contraire, un sérieux replié sur lui-même et une intériorisation douloureuse. On peut être triste n’importe où ; mais, alors que les espaces ouverts privilégient la mélancolie, les espaces fermés augmentent, quant... Lire la Suite →

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑