Personne d’autre

« La vie, cette maladie mortelle… Il faudrait y penser davantage, non pas pour nous plonger dans la mélancolie, mais pour nous réjouir d’être vivants tous les jours et prendre conscience de l’urgence d’agir, avec détermination, pour tracer au mieux le destin de notre existence, car après notre départ personne d’autre n’achèvera nos projets à notre place. Ces mots résonnent avec une telle force dans ma conscience que j’ai l’impression que je viens de les entendre »

Cristina Noacco, La force du silence, petites notes sur le bruissement du monde, Transboréal, coll. Petite philosophie du voyage, 2017, p 64

%d blogueurs aiment cette page :
close-alt close collapse comment ellipsis expand gallery heart lock menu next pinned previous reply search share star