Nouvelle géographie

P1040233

« Cette nouvelle géographie de l’espace laissera sur le bord du chemin les géographes aux pieds plats en train de soigner leurs ampoules. Les autres, le pied léger, iront d’une fuite baguenaudée vers l’horizon qui les attirera. La géographie ne sera plus enseignée dans les universités, mais chemin faisant dans la respiration de la vie. Nulle connaissance qui n’aura fait l’expérience du mouvement, de la mise en action de toutes les cellules du corps, des tendresses de l’âme. Ainsi acquis, nul apprentissage ne sera perdu, nulle rencontre ne sera faite en vain. Et les diplômes, pas plus que les paysages, ne seront couchés sur des bouts de papier, ils seront gravés dans le bois tendre des cœurs et survivront pour toujours dans le regard de celui qui les a vécus »

Thierry Pardo, Petite géographie de la fuite ; essai de géopoétique, Les éditions du passage, 2015, p 35