Amour pour les gares

IMG_7849

« Mon amour pour les gares est resté inchangé. Comme les ports, ce sont des lieux où l’on ne demeure pas. Ici, les gens ne s’attardent pas, ici ils ne se rencontrent que pour se séparer. Si partout ailleurs ils ont des attaches, à la gare, malgré leur bagage, ils sont libres de tout lien. Tout est possible, l’ancien est derrière eux, le nouveau est indéterminé. Pour un laps de temps, ils redeviennent vagabonds ; même si l’horaire régule strictement leurs errances. C’est pourquoi il existe peu de plaisir comparable au séjour prolongé dans une gare. Au milieu du désert du quotidien, elles sont l’oasis de l’improvisation ».

Siegfried Kracauer, Le voyage et la danse (1930), éd. de la maison des sciences de l’homme, presses de l’université de Laval, 2008, p 89

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.