Le cimetière ferroviaire de Latemeion

Les grecs ont un singulier et formidable rapport au paysage. Tandis que l’industrie touristique et les tenants de la « culture » s’attachent à mettre sous cloche quelques sites emblématiques (d’une ère antique mystifiée), les habitants développent une autre stratégie, une autre forme d’esthétique plus spontanée. A la ruine sanctuarisée, ils opposent la logique de l’amoncellement et du débarras.

>>> La gare de Latemeion gît à quelques dizaines de mètres de la vaste zone industrielle de Volos, à la jointure précise où le paysage de l’aire urbaine s’achève pour laisser place aux collines parsemées de champs de grenadiers.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :