La gare des Forges d’Abel

Le site des Forges d’Abel a failli devenir un « haut-lieu » ; c’était du temps où les ingénieurs du chemin de fer envisageaient d’établir la grande gare internationale du transpyrénéen occidental de ce côté du Somport avant qu’on ne lui préfère l’emplacement de Los Aranones, à l’autre bout du tunnel de faîte.

La gare est finalement demeurée l’ultime point d’arrêt français, là où les convois s’engouffrent dans le long boyau de 8 kilomètres avant de débouler dans la lumière d’Espagne. Le site des Forges d’Abel est en quelque sorte le royaume des ombres, la face nord, obscure, le versant yin de la frontière, laissant les rayons du soleil et les heures de gloire à la monumentale (la très yang) station de Canfranc.

Le nom des Forges d’Abel est resté associé à une catastrophe, celle d’un matin d’hiver 1970, lorsqu’une panne de la sous-station électrique fut à l’origine d’un accident ferroviaire. Le pont encagé de l’Estanguet, dans lequel le train de marchandises acheva  sa course folle, n’a jamais été reconstruit.

Vingt ans plus tard, l’agitation est revenue aux abords de la gare, mais le chantier qui prenait forme était dédié au tunnel… routier. Une fois le bal des tractopelles terminé, la plateforme à nouveau délaissée s’est transformée en no man’s land, en terrain vague. La gare est devenue délieu : un lieu sorti des mémoires, un « lieu zombie », désaffecté au sens d’un manque d’affect porté à son égard. Le contraire en somme d’un lieu « patrimonialisé » qui pourrait se définir comme une parcelle sur laquelle on a projeté une valeur affective et symbolique.

Les Forges d’Abel ne sont (plus) rien. Qu’un amoncellement de carcasses de pierres et de béton dont les toitures s’effondrent, qu’une plateforme aux quais éventrés aujourd’hui dédiée à l’entreposage de gravats, qu’un champ de mauvaises herbes d’où émergent encore quelques vestiges de rails et d’appareils de voies. Les Forges d’Abel sont devenues une injure des hommes faite à l’histoire et à la géographie.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :