Demeurer à quai

« Loin de prendre le train de la modernité, ne convient-il alors, pour mieux parvenir à nos fins, de demeurer sur le quai, le quai de tout d’ailleurs, fi des horaires, mais surtout des correspondances. Ce dernier mot m’a toujours transporté, car de correspondance en correspondance où finirions-nous par débarquer ? »

Michel Chaillou, Éloge du démodé, éditions de la différence, 2012, p 19

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :