Moments sans intention

« Je veux parler de ces jours de brouillard – de demi-brouillard exactement, de temps bleak -, où les carrefours deviennent incertains, et de même les tracteurs et les tas de bois le long des routes. Immobilité inutile, moments sans intention ne renvoyant qu’à eux-mêmes et à l’instant de leur rencontre. Les choses simplement sont là, pour qui, on ne le sait pas, le décor est vaguement hostile, contraire plutôt. Il n’y a que de la routine à observer, de « l’infra-ordinaire » aurait dit Gorges Pérec, du déjà vu à revoir encore »

Martin de la Soudière, Poétique du village, Stock, pp 179- 180

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :