La lumière, la chaleur, le calme

Aujourd’hui, même les plus éminents analystes ne peuvent rendre à l’homme ce qu’il a perdu. Il devrait y avoir chaque année un congrès rassemblant les médecins à Epidaure. Mais il faudrait d’abord les soigner eux-mêmes ! Et voilà l’endroit ad hoc. Pour commencer, je leur prescrirais un mois de silence total et de relaxation. Je leur... Lire la Suite →

Le bleu nuit de Chorifton

Il est 15h, le soleil de février est déjà presque chaud sur la place de Zagora. Il a fallu depuis Volos négocier des centaines de virages, franchir le col de Xania puis dévaler parmi les vergers de pommiers. Quelque chose s’est passé en basculant sur le versant Nord-Est, une couleur est apparue dans l’horizon. C’est... Lire la Suite →

Interroger l’habituel

Ce qui se passe vraiment, ce que nous vivons, le reste, tout le reste, où est-il ? Ce qui se passe chaque jour, le banal, le quotidien, l'évident, le commun, l'ordinaire, l'infra-ordinaire, le bruit de fond, l'habituel, comment en rendre compte, comment l'interroger, comment le décrire ? Interroger l’habituel. Mais justement, nous y sommes habitués.... Lire la Suite →

Le lac d’Ourrec

Après le plateau d'Herraou, le chemin s’est soudain élevé pour gagner la forêt. Encore carrossable un instant, il s’est vite transformé en sente tournoyant autour des racines de hêtres, franchissant quelques filets d’eau, se faufilant jusqu’à disparaître dans les tapis de rhododendrons. Et puis une porte invisible s’est ouverte en haut de la cascade du... Lire la Suite →

De telles routes

Y a-t-il un motif unique dans la quête qui m’aiguillonne au long de telles routes ? Quelquefois il m’a semblé que j’y poursuivais le règne enfin établi d’un élément pur – l’arbre, la prairie, le plateau nu à perte de vue – afin de m’y intégrer et de m’y dissoudre « comme une pierre dans le ciel »,... Lire la Suite →

Roumazières-Loubert attend

La cour ressemble à un décor des années 1970, mais un décor dont on aurait retiré les acteurs. Le parking est vide, si ce n'est une voiture occupée par deux jeunes qui s'embrassent à l'abri des regards. La gare, espace autrefois animé et traversé par des flux, n'est plus qu'un recoin où l'on vient se... Lire la Suite →

Lieu-d’une-vie

Il n’est pas possible […] de séparer la topographie et le sentiment dont elle serait le théâtre : le lieu est précisément leur unité, il est l’entité constituée, dans le cours d’une existence, par l’endroit et l’émotion. Ce qu’on appelle lieu n’est pas autre chose que le-lieu-d’une-vie, le lieu vécu. Une approche du lieu qui... Lire la Suite →

Besoin d’île

Le besoin d’île témoigne de cette volonté de projeter sur des lieux particuliers des aspirations existentielles, ici celle de la fuite du quotidien, lorsque celui-ci est perçu comme une prison, une entrave au rêve de liberté […] Sachant qu’une « île » peut être un village, une forêt, une rue, le sommet d’une montagne, un... Lire la Suite →

La source de la Creuse

En amont du village de Féniers, la ligne de crête qui traverse le plateau (et sépare les rivières de part et d'autre de l'axe Felletin - Meymac) est à peine perceptible tant sa topographie apparait douce et discrète. Le sentiment des hauteurs s'y éprouve pourtant avec vigueur une fois emprunté le chemin pédestre de la... Lire la Suite →

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑