De persistantes ombres

« Rien ne saurait empêcher que nos yeux ne croient discerner la présence, parfois, de ceux qui, les derniers, l’habitèrent. De persistantes ombres passent dans l’inaltérable décor d’eaux vives et de forêts, de ciel, de rochers. Ce n’est pas quelque jeu de lumière qui dessine une silhouette à la lisière du soir, la voix du vent,…

Friches rebelles

Désormais j’entre dans les gares par effraction, par l’arrière, du côté des grelots des passages à niveau, du côté des friches rebelles, des voies déposées, des wagons à l’abandon, sombrant dans les herbes folles et les souvenirs qui s’éteignent. Michel Baglin, Un présent qui s’absente, éditions Bruno Doucey, 2013, p 43

Prêter l’oreille

Être pierre, être fleuve, être forêt, être rive, être bête, être machine, être fantôme… Autant de modes d’être désormais rassemblés sur une même scène ontologique et politique – puisque c’est avec chacune de ces formes de vie que nous avons à nous lier, et qu’à chacune de ces choses (à son silence, à ses réclamations)…